Temps de lecture : 5 min

Une start-up face à la crise, plus ou moins facile qu’un grand groupe ? Comment adapter le travail ? Quelles méthodes adopter ? Comment continuer à développer sa culture d’entreprise ? Lors de l’annonce du confinement en mars dernier, c’est tout un tas de questions qui, comme chaque entreprise nous sont tombées dessus. Découvrez dans cet article comment notre équipe s’est adaptée, quels ont été les freins et les tremplins que cette crise majeure nous a, et nous fait encore rencontrer.

Le boost inattendu de la formation digitale

La crise lié à la pandémie de COVID-19 à été perçue de façon complément différente au sein même de l’écosystème formation et au sein de la EdTech Française. Nous l’avons vu lors de l’organisation de notre ensemble de webinaires les 3 jours de la formation post confinement, cette crise a été pour de nombreux acteurs de la formation digitale une véritable opportunité, mais perçue comme un véritable coup de massue pour les acteurs de la formation présentielle.

Les entreprises étant en forte demande de formation en ligne pour leurs salariés à distance, nous avons donc traversé la crise avec une hausse impressionnante du nombre de demandes entrantes. Du jamais vu pour notre équipe commerciale et opérationnelle qui a dû s’adapter (👏). Nous avons déployé des catalogues en des temps record ! Une période donc très positive pour nous jusqu’à peu où nous commençons à voir retomber cette dynamique avec des restrictions budgétaires importantes… Nous avons conscience d’avoir été dans un écosystème porteur à ce moment là, mais cette traversée n’a pas été si simple et comme tous, il a fallu évidement s’adapter.

Le télétravail : une facilité mais pas une évidence pour tous

On est les premiers à le dire : le monde du travail évolue en permanence. Cette adaptabilité vers du « flex office » nous parait si évident désormais. Mais ce n’était pas le cas avant le confinement. Et oui ! Si Edflex est une start-up dynamique et à taille humaine, la politique était assez souple sur le télétravail mais pas encré du tout dans la culture d’entreprise. Nos co-fondateurs sont maintenant formels, comme beaucoup : il n’y aura pas de retour en arrière vis à vis du télétravail. Si l’entreprise ne sera certainement jamais en full remote comme cela a été le choix de (assest first, atommatic ou encore Google !), nous sommes par contre en train d’officialiser la pratique et elle est désormais complètement banalisée.

La mise en place du télétravail a été en effet très facile chez Edflex, nous en sommes fiers. Comment ? Car nous avions déjà les outils pour, et les collaborateurs y étaient déjà fortement habitués. Slack, Drive, Notion… Des outils qui ont sincèrement permis une transition si facile vers le home office qui a même surpris nos cofondateurs : « Le télétravail s’est véritablement bien passé et notre productivité n’a pas été impactée. Un révélateur de cette pratique qui va perdurer dans notre start-up” explique notre CEO Clément Meslin.

Nous faisions habituellement des points hebdomadaires et des réunions d’équipes tous les mois, nous avons donc juste adapté les temporalités, mais sans révolutionner notre organisation interne. Avec une équipe de développeurs basée à Nantes, nous étions déjà habitué à faire des réunions d’équipes souvent à distance. Une enquête de satisfaction via Briq a été administrée en complément auprès de l’équipe afin de prendre la température de l’équipe, de ne laisser personne sur le carreau et d’avoir une vision globale de la citation.

C’est ici l’avantage de la start-up : un petit effectif + une acculturation au digital + des outils digitaux = réussite du télétravail.

Notre seule grande question : comment conserver une vraie culture d’entreprise à distance ?

Garder le lien : le réel défi de la crise

Et si il était là, le véritable défi à venir ? Comment conserver le lien entre les équipes lorsque le télétravail se démocratise ? Comment continuer de développer le sentiment d’appartenance à une structure qui nous semble si nécéssaire à la motivation des salariés ?

Des grandes questions sur lesquelles nous sommes en train de travailler chez Edflex et qui conditionneront notre avenir. En effet : trouver le juste milieu du « flex office » pour permettre à ceux qui le souhaitent de continuer de venir au bureau est essentiel selon nous. On ne peut imposer le télétravail à chacun : nous avons tous des situations différentes et certaines ne sont pas forcement appropriées pour l’exercice du télétravail (familiales, habitations etc).

La formation joue un rôle évident dans cette démarche, mais cela passe aussi par de multiples actions. De l’intégration des collaborateurs à la mise en place de routines, les salariés ne doivent pas se sentir exclus et doivent comprendre la mission et la vision de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. Se sentir impliqué passe par le lien avec les autres et l’humain c’est certain : les visio conférences et e-cafés ne peuvent remplacer complétement le lien social, nous sommes presques tous d’accord… À nous de construire l’avenir et de trouver un juste milieu entre présentiel et digital !

Et si on en revenait toujours au blended ? 😉