Temps de lecture : 7 min

La période de confinement a été la cause de nombreuses remises en question pour les services formations des entreprises, et un véritable challenge pour l’ensemble du secteur Edtech.

Comment accompagner les responsables de formation des entreprises ? Quelles modalités de formation mettre en place dans son organisation ? Quels outils et méthodes garder après le confinement ? Faut-il adopter des nouveautés pour plus de résilience ?

Une période très difficile pour le secteur présentiel, parfois source d’opportunité pour le digital… Retour sur les conclusions des 3 jours de la formation, un événement Edflex qui a réuni les principaux acteurs de la edtech française pour échanger sur les retours d’expériences et réfléchir à la formation après cette période.

Un attrait incontestable des apprenants pour le digital

Une chose est sûre, le confinement et le travail à distance auront permis de mieux comprendre les besoins et envies des apprenants. Cette période a fait émerger les limites des plans de formation de certaines entreprises, et a aussi été l’occasion de découvrir de nouvelles modalités d’apprentissage.

« Le confinement a pu être perçu comme un accélérateur et un révélateur de besoins. Ceux qui étaient réticents ont pu aller au-delà de leurs appréhensions ! » exprimait Loic Tournedouet, Directeur Digital Learning et communication de l’AFPA, dans notre webinaire sur les chiffres clés du confinement.

En effet, il a permis à certains apprenants de dépasser leur appréhension et aprioris face à la formation digitale. Dans notre sondage réalisé en mai 2020 sur plus de 300 participants, 70% disent que le télétravail a eu un impact sur leur façon de se former.

On peut donc penser que l’équilibre entre présentiel et distanciel va être changé, puisque le digital a été une vraie découverte pour certaines entreprises : 87% des sondés voient le confinement comme une opportunité pour la mise en place d’un plan de formation digitale en entreprise.

Selon le DG de Edtech France, « Peu importe l’évolution, ces dispositifs digitaux, les gens se les sont appropriés« . Personne ne veut rester en 100% distanciel, et nous avons bien vu cette nécessité de lien social lors de la crise. Mais il est évident qu’on ne se formera plus comme avant. Les apprenants l’ont bien compris : « on apprendra davantage à distance, mais de manière différente » insiste Rémy Challe.

Les collaborateurs ont tous besoins du contact humain que les formations présentielles peuvent fournir, mais de nouvelles modalités digitales ont émergées de cette crise et ne vont pas disparaitre…

Repenser l’équilibre en présentiel et digital : adopter le Blended Learning !

Avant tout, petit rappel sur la notion de « Blended Learning » : il s’agit d’allier plusieurs modalités de formation, digitales et présentielles, pour répondre à différents besoins dans son plan de formation, et créant un équilibre des modalités pédagogiques.

Durant cette période de crise, il a fallu transformer les parties théoriques habituellement dispensées en présentiel en modalités digitales, et ainsi entrevoir des thématiques qui pourraient être digitalisées dans son organisation.

Pour Claire Pascal, Administratrice et Présidente de la Commission développement économique à la FFP, [la balance entre présentiel et distanciel va être changée] : « L’équilibre entre présentiel et digital, que ce soit dans les modalités pédagogiques, les temps de formation ou les supports va être à perfectionner. L’adaptation et la capacité à évoluer va donc être un des principaux atouts des entreprises Edtech dans cette situation de sortie de crise. ». Même si l’engouement des apprenants pour le digital est désormais certain, il ne faut pas faire l’erreur de négliger le présentiel !

En effet pour Pierre Monclos, DRH de Unow, l’erreur systématique des entreprises est de mettre l’accent sur les outils et non pas sur le formateur et la pédagogie. Il faut continuer de se mettre à la place de l’apprenant et garder le lien… Le digital ne peux pas tout remplacer !

« L’erreur serait d’opposer les modèles présentiels et distanciels, ces modalités vont devoir continuer de s’équilibrer et doivent s’adapter à des besoins et capacités d’apprentissages qui peuvent être différents. » insiste Claire Pascal.

En effet, il est important de préserver le lien social et l’intelligence collective au travers de sessions présentielles qui permettent de répondre à différents profils d’apprenants et différents enjeux. Pour Clémentine Loizillon, People Success Director chez Doctolib, « L’interpersonnel a besoin du présentiel pour susciter de l’engagement » : la formation ne se résume pas à l’apprentissage vertical d’une compétence, c’est un ensemble d’animation collective, de conception pédagogique, d’évaluation… Des éléments à prendre en compte dans le choix des modalités pédagogiques !

Cependant, beaucoup d’entreprises comme Doctolib croient au Blended Learning et au fait d’aller vers des contenus complémentaires entre présentiel et digital : d’ici un an la répartition de la formation dans cette scale-up sera d’environ 40% de présentiel et 60% de digital !

Quels enjeux pour la formation en entreprise ?

La conclusion est sans appel : à l’avenir, il faudra être capable d’associer intelligemment le présentiel et le digital pour répondre rapidement aux besoins des apprenants tout en s’adaptant aux thématiques et aux modalités.

Selon Antoine Amiel, CEO de Learn Assembly, l’enjeu est donc de comprendre son réel impact auprès des apprenants et d’adapter les déroulés pédagogiques pour être capable d’être flexible, et cela même pour une potentielle nouvelle crise.

En découlent de véritables enjeux pour la formation en entreprise :

  • Un besoin de faire évoluer les compétences des formateurs pour intégrer les modalités distancielles : la formation à distance reprend certains codes de la formation présentielle mais avec des outils qui lui sont propres, il y a donc besoin de se former sur ces outils ;
  • Une nécessite d’acculturer les apprenants au digital : même si cette période a agi comme une accélération forcée de cette acculturation, tout n’est pas joué pour autant ! Chaque entreprise doit trouver les outils qui lui correspondent en prenant en compte les retours d’expériences des collaborateurs sur ces derniers mois ;
  • Adapter les formations selon les modalités choisis pour créer une vraie plus-value : une formation digitale ne doit pas être une version numérique d’une session présentielle ! Il faut donc apprendre à distinguer les formations qui peuvent être digitalisées et celles qui ne le peuvent pas. Il faut aussi s’intéresser au sujet de la durée des séquences de formation qui diffèrent évidemment entre physique et distanciel, pour un suivi adapté des apprenants ;
  • Comprendre et accompagner le changement auprès des apprenants : il est important de penser l’étalement du temps dans la formation, comme le souligne Antoine Amiel. On s’est aussi encore plus rendu compte d’une réalité avec le confinement : l’environnement est crucial dans le cadre de l’apprentissage ! Le stress, l’isolation, les usages numériques varient en fonction des profils.

Et si le digital vous fait toujours douter, n’oubliez pas qu’il existe de multiples moyens pour créer du lien : le mentoring entre pairs, le maillage entre pédagogie et situation de travail, la synergie avec des formation présentielles, etc.

Autant d’éléments à prendre en compte et à repenser dans votre transition vers le Blended Learning !

 

Une chose est sûre, et tout le monde s’accorde à le dire : il y a aura un après. Et c’est à nous de le construire et d’analyser les enseignements à tirer de cette période.

L’objectif est « de garder le meilleur des deux mondes, c’est ça l’intérêt du Blended Learning » nous témoigne Nils Romier, VP chez Learning Tribes EMEA.

Et ce constat, nous l’avons vu au travers de l’ensemble des webinaires des 3 Jours de la formation post confinement : le Blended Learning apparaît comme la solution évidente à cet après sur le plus long terme.

Il faudra aussi se poser les bonnes questions et réfléchir aux écosystèmes pour pouvoir être agiles face aux changements. S’interroger est essentiel !

C’est à nous, acteurs du monde de la formation, d’anticiper les défis et de s’adapter pour construire la formation de demain et répondre aux besoins des apprenants dans un monde en perpétuelle évolution.

Vous êtes prêts pour le changement ? 🙂

Pour redécouvrir l’intégralité des webinaires des 3 jours de la formation : cliquez ici ! Pour télécharger gratuitement le guide complet de la formation post-confienment : c’est par là !